Actualités

9E Cérémonie de remise des prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap 2016

Mardi, 23 Août 2016 10:00

Source : ocirp.fr

Une forte participation

Cette 9E édition placée sous la présidence d'honneur d'Axel Kahn, s'est caractérisée par une forte participation avec la réception de 269 dossiers. Cette année encore, lors d'une soirée qui s'est tenue dans le mythique studio 104 de la Maison de la Radio, l'OCIRP a décerné un trophée à 10 initiatives réparties entre 9 thématiques et distingué un coup de cœur du jury.

Ces projets innovants et/ou d'intérêt commun reflètent l'exemplarité des actions mises en œuvre à destination des personnes en situation de handicap à travers la France et dans tous secteurs d'activités confondus. Les actions primées seront valorisées à travers un vaste plan de communication et bénéficient ainsi d'une grande visibilité ayant pour vocation de partager et dupliquer ces bonnes pratiques.

L'OCIRP tient à remercier l'ensemble des partenaires fondateurs, membres du jury, relais experts et candidats qui ont contribué à la réussite de cette 9E édition du Prix Acteurs Économiques et Handicap.

La recette d'un bon prix

https://www.youtube.com/watch?v=OSZ6_Nc_d5I

Soirée de remise des Prix handicap OCIRP 6 juin 2016

https://www.youtube.com/watch?v=2Hb-ZWqhCtQ

Les lauréats du Prix OCIRP Handicap 2016

Voir la liste

 

La dynamique des Ad’AP est enclenchée mais 200 000 ERP demeurent inaccessibles

Mardi, 23 Août 2016 09:46

Source : gazette-sante-social.fr

L’intervention de la sénatrice Claire-Lise Campion était l’un des temps forts des Assises nationales de l’accessibilité, qui se sont tenues les 9 et 10 juin derniers. La sénatrice, qui avait mené la concertation préalable à la création des agendas d’accessibilité programmée, s’est vue confier par le président de la République une mission de suivi de ces agendas. Selon son bilan, ajouté aux chiffres de la délégation ministérielle à l’accessibilité, la dynamique semble – enfin – enclenchée même si 200 000 établissements recevant du public restent hors-la-loi.


Invitée des Assises nationales de l’accessibilité, qui se sont tenues les 9 et 10 juin 2016 à Paris, la sénatrice (PS) Claire-Lise Campion a présenté un bilan d’étape des agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP) qui se voulait à la fois positif et mobilisateur. « Les choses avancent très concrètement », a-t-elle ainsi assuré.

La sénatrice, qui est l’une des chevilles ouvrières du processus des Ad’AP, vient de se voir confier par le président de la République une mission de suivi de ce programme. « Ma mission sera de m’assurer que les engagements des propriétaires d’ERP [établissements recevant du public] puissent se vérifier concrètement », a-t-elle précisé.

Bilan d’étape des Ad’AP
Claire-Lise Campion appuie son bilan d’étape sur les derniers chiffres diffusés par la délégation ministérielle à l’accessibilité (DMA).

Au 1er mai 2016, sur une base d’un million d’ERP, 300 000 d’entre eux sont accessibles, 500 000 sont entrés dans le dispositif (400 000 sont désormais couverts par un Ad’AP, 100 000 ont obtenu une dérogation).

Conclusion : 200 000 ERP demeurent inaccessibles et ne sont pas entrés dans le dispositif, malgré les pénalités encourues, détaillées dans le décret du 11 mai 2016.

Fin 2014, à quelques mois de l’échéance fixée par la loi du 11 février 2005, 30 % du million d’établissements étaient accessibles.

Inversion des chiffres
« Nous avons ensemble permis l’inversion des chiffres ! », a estimé Claire-Lise Campion. « Oui les premiers résultats sont là. Ils nous motivent à poursuivre. Car les obstacles, les incompréhensions, restent encore nombreux et nous ne les sous-estimons pas ! ».

Les associations représentatives des personnes en situation de handicap, dont l’Association des paralysés de France, avaient fait connaître leur déception quant aux dispositions du décret du 11 mai 2016 qui ne prévoit une sanction financière qu’après deux courriers d’avertissement.

Nouvelle étape : l’accessibilité numérique
« L’accessibilité ne peut plus se concevoir aujourd’hui uniquement pour le bâti et la voirie »béton-bitume » comme beaucoup d’entre nous l’exprime ! » a estimé la sénatrice, qui compte, notamment, sur l’accessibilité numérique, « accès supplémentaire à la culture, au tourisme, à la vie administrative, au commerce », pour construire une société inclusive.

Elle fonde ses espoirs sur le projet de loi pour une République numérique, adopté en première lecture au Sénat le 3 mai 2016, au contraire des associations, regroupées au sein du « Collectif pour une France accessible », qui dénoncent son « manque d’ambition ».

Un futur plan national d’adaptation des logements
La ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, qui a annulé sa présence, a néanmoins fait connaître ses projets en la matière.

Elle a confirmé les annonces faites lors du dernier Conseil national du handicap : un futur plan national d’adaptation des logements privés au handicap et au vieillissement – 6 % des logements du parc privé sont adaptés alors que 85 % des ménages de plus de 65 ans y vivent –, ainsi que la création de 7 500 nouvelles places dans les logements avec services associés (résidences-accueil, pensions de famille…), soit 1 500 par an pendant cinq ans.

 

3e plan maladies rares : un plan oui, mais... un plan interministeriel et co-construit

Mardi, 23 Août 2016 09:42

Source : handicapinfos.com

Le 29 février dernier, à l’occasion de la journée internationale des maladies rares, les acteurs de la Plateforme Maladies Rares avaient lancé un appel pour un troisième plan national.

Lors de la séance des questions au gouvernement du Mercredi 15 juin, en réponse à une question de la députée Dominique Orliac, Marisol Touraine, Ministre de la santé et des affaires sociales, a déclaré : « Je peux vous annoncer, puisque le deuxième plan est en train d'arriver à échéance, que je confierai très prochainement à deux personnalités l'élaboration d'une feuille de route pour mettre en œuvre un troisième plan maladies rares ».

Cette annonce, tant attendue, d’un futur 3ème plan maladies rares est une très bonne nouvelle. Les propos tenus par la Ministre suscitent cependant une réelle inquiétude : celle d’une réponse éloignée des enjeux actuels !

Dans son appel du 29 février dernier, la Plateforme Maladies Rares a, en effet, rappelé les deux conditions indispensables pour un 3eme Plan à la hauteur des enjeux : une co-construction mobilisant l'ensemble des acteurs; institutionnels, associations de malades, chercheurs, professionnels de santé, industriels du médicament et un pilotage interministériel (santé/recherche/affaires sociales/économie et industrie), disposant de réels moyens d'impulsion, de suivi et d'injonction.

Depuis cet appel, le Haut Conseil de Santé Publique et le Haut Conseil d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur ont rendu leurs rapports d’évaluation. Ils insistent également fortement sur l’enjeu essentiel de la transversalité et du pilotage, point faible majeur du plan en cours.

Afin de répondre aux attentes fortes des malades et de tous les acteurs engagés dans la lutte contre les maladies rares, il est impératif que les personnalités missionnées pour construire une feuille de route le soient non pas par le seul ministère de la santé et des affaires sociales mais aussi par ceux en charge de la recherche, de l’économie et de l’industrie. Il faut également qu’il leur soit très clairement demandé de co-construire leurs propositions avec tous les acteurs des maladies rares.

Qu’est-ce qu’une maladie rare ?

Une maladie est dite rare lorsqu’elle touche moins d’une personne sur 2 000, soit, le plus souvent, quelques centaines ou dizaines de malades pour une maladie donnée. Si les maladies sont rares, les malades sont nombreux car il existe 6 à 8 000 maladies rares. Au total, 3 millions de personnes sont concernées en France et 30 millions en Europe.

Les maladies rares sont extrêmement diverses : maladies neuromusculaires, métaboliques, infectieuses, auto-immunes, cancers rares… 80 % d’entre elles ont une origine génétique. Les deux tiers environ sont graves et invalidantes. Le pronostic vital est engagé dans presque la moitié des cas. La survenue d’un déficit moteur, sensoriel ou intellectuel est constatée pour la moitié d’entre elles.

La Plateforme Maladies Rares

La Plateforme Maladies Rares constitue un centre de ressources unique au monde car elle rassemble sur un même site :

  • Des acteurs privés et publics ;
  • Des salariés et des bénévoles ;
  • Des intervenants français, européens et internationaux ;
  • Des représentants d’associations de malades et des professionnels de santé et de la recherche.

Les objectifs

  • Favoriser la reconnaissance des maladies rares comme priorité de santé publique et porter la voix des malades.
  • Soutenir la création et l’activité de toutes les associations de maladies rares grâce à la formation, l’échange d’information et l’entraide.
  • Développer la connaissance et les services d’information en direction de tous les publics.
  • Soutenir et renforcer la recherche sur les maladies rares, indispensable pour parvenir aux traitements.
  • Proposer des espaces de réunion et de travail pour tous les acteurs engagés dans la lutte contre les maladies rares.

Six entités autonomes constituent la Plateforme

  • L’Alliance Maladies Rares, collectif français de plus de 200 associations de malades.
  • L’AFM-Téléthon, association de malades et parents de malades à l’origine de la création de la Plateforme en 2001 et financeur majeur de celle-ci grâce aux dons du Téléthon.
  • EURORDIS, fédération européenne d'organisation de patients qui rassemble plus de 700 associations de 63 pays.
  • La Fondation maladies rares réunit les acteurs de la recherche et du soin (publics, privés et associatifs) afin d’accélérer la recherche sur les maladies rares au bénéfice des malades.
  • Maladies Rares Info Services est le service d’information et de soutien sur les maladies rares (téléphone, mail, tchat, Forum maladies rares). 01 56 53 81 36 - www.maladiesraresinfo.org.
  • Orphanet (Unité de service de l'Inserm), le portail de référence sur les maladies rares et les médicaments orphelins. Cette unité héberge également la coordination de l’action conjointe européenne RD-Action (www.rd-action.eu) et le secrétariat scientifique du Consortium international de recherche sur les maladies rares (IRDiRC).
 

Allocataires de l’AAH en emploi : la prime d’activité, c’est maintenant !

Mardi, 23 Août 2016 09:35

Source : faire-face.fr

Les bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH) exerçant une activité professionnelle peuvent déposer leur demande de prime d’activité depuis le 12 juillet. Elle leur sera versée courant juillet, avec effet rétroactif au 1er janvier.

Travailleurs bénéficiaires de l’AAH, à vos ordinateurs ! Depuis le 12 juillet, la procédure de demande en ligne de la prime d’activité est opérationnelle. Dans un communiqué du 19 juillet, la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) précise que « le paiement de la prestation sera effectué courant juillet ». Avec effet rétroactif au 1er janvier, date d’entrée en vigueur de cette prime destinée à compléter les ressources des travailleurs aux revenus modestes. Les personnes y ayant droit percevront donc les primes correspondant aux mois de janvier à juin, en plus de celle de juillet. Le montant de la prime est normalement fonction des ressources du trimestre précédent. Exceptionnellement, celle des mois de janvier à juin sera basée, comme celle de juillet, sur les revenus perçus durant le deuxième trimestre 2016.

La prime pour des revenus professionnels supérieurs à 25 % du Smic
L’APF et l’Unapei avaient obtenu du gouvernement, fin 2015, que, pour le calcul de la prime d’activité, l’AAH soit considérée comme un revenu d’activité au même titre que les revenus professionnels, et non comme une prestation sociale. Cette mesure est favorable aux travailleurs handicapés. En effet, bénéficier de prestations sociales limite fortement le droit à ce nouveau dispositif. Dans son communiqué, la Cnaf précise toutefois que pour les personnes percevant des revenus professionnels inférieurs à 280 €, soit environ 25 % du Smic, l’AAH sera prise en compte comme une prestation. Ces allocataires ne devraient donc pas pouvoir bénéficier de la prime d’activité.

Pour les travailleurs d’Ésat, indépendants ou salariés
Ce cas particulier mis à part, tous les allocataires de l’AAH exerçant une activité professionnelle peuvent y prétendre, quelle que soit leur situation : salarié, travailleur indépendant ou usager d’un établissement et service d’aide par le travail (Ésat). À condition toutefois que leurs ressources d’activité (revenus professionnels + AAH) ne soient pas supérieures au plafond (1 500 € pour un célibataire, par exemple).

Jusqu’au 30 septembre pour déposer un dossier
Que vous ayez déjà déposé une pré-demande en ligne ou pas, rendez-vous sur le site de la Caf pour effectuer les démarches nécessaires. Même si les résultats de la première simulation que vous aviez effectuée, il y a quelques mois, étaient négatifs : sur la base des ressources du deuxième trimestre, peut-être avez-vous droit à la prime… La Cnaf vous accorde jusqu’au 30 septembre pour bénéficier de l’effet rétroactif au 1er janvier 2016.

Franck Seuret

 

 

La dynamique des Ad’AP est enclenchée mais 200 000 ERP demeurent inaccessibles

Vendredi, 24 Juin 2016 11:42

Source : gazette-sante-social.fr

L’intervention de la sénatrice Claire-Lise Campion était l’un des temps forts des Assises nationales de l’accessibilité, qui se sont tenues les 9 et 10 juin derniers. La sénatrice, qui avait mené la concertation préalable à la création des agendas d’accessibilité programmée, s’est vue confier par le président de la République une mission de suivi de ces agendas. Selon son bilan, ajouté aux chiffres de la délégation ministérielle à l’accessibilité, la dynamique semble – enfin – enclenchée même si 200 000 établissements recevant du public restent hors-la-loi.Lire la suite ...

 

Page 5 sur 88

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Evènements à venir

Voir tous les évènements

Solution pour le suivi de votre activité

Espace professionnels


Copyright © 2007-2018 Médialis - Tous droits réservés